Fiodor Sumkin, Biélorussie, illustration et type design

5 Septembre 2007

Partfaliaz interview Fiodor Sumkin

Le Biélorusse Fiodor Sumkin a vécu en Russie, en Italie et travaille désormais à Amsterdam, où cet illustrateur et dessinateur de typo produit de superbes œuvres dessinées, fidèle à son style oldschool, et avec une intéressante personnalité.

typo

A 19 ans tu es DA pour un magazine assez connu à Moscou et à 21 ans tu crées ta propre agence, ensuite tu es à nouveau DA en Italie et finallement illustrateur à Amsterdam, je suppose qu’il t’a fallu pas mal de passion et de détermination, mais qu’est-ce qui t’a décidé à te diriger vers le graphisme ? Comment as-tu choisi cette voie ?
Je suis né en Union Soviétique, et d’un point de vue « visuel » mon enfance a été très monotone et ennuyeuse : tout le monde portait les même vêtements, et toutes les voitures ressemblaient à des chars d’assaut…  De façon générale, tout autour de moi était gris ou noir et blanc… La première fois que j’ai vu une Mercedes j’avais 12 ans. C’était en 1990, et le bon vent de la Perestroika était arrivé dans notre petite ville de province. Nous avons pu échanger nos biens de valeurs… On a échangé Cosmos et Yuri Gagarin, Olympic Mishka et Matreshka pour des cigarettes Americaines, du Mc’Do et de la bière en cannettes.  Bien sur, aujourd’hui je comprends que l’échange n’était pas très équitable… (demandez à n’importe quel adolescent ce qu’il préfère le plus — une conférence au sujet de Lenin, ou des baskets et une Play-Station.) A cette époque, les paquets de cigarettes et les canettes de bière importées étaient pour moi comme un miracle. Avec mes copains d’école on collectionnait les différents paquets et canettes. J’avais la plus belle collection parce que ma maison était juste à côté d’un hôtel pour les étrangers, et tous les soirs j’allais fouiller les poubelles. Cependant quelques années plus tard mes parents ont commencé à pouvoir se rendre en Pologne et ont ramené des magazines de mode… qui me semblait provenir d’une autre planète.    
A l’âge de 19 ans j’ai remporté un appel d’offre pour le design d’un magazine et il m’ont proposé un poste de directeur artistique. Tout cela est probablement arrivé grâce aux collections de paquets de cigarettes et de cannettes. A cette époque j’avais déjà eu une expérience des logiciels graphiques parce que lorsque j’ai quitté l’école, à 16 ans, j’ai eu l’occasion de travailler dans un petit studio de graphisme.
Ainsi, Mr. Gorbachev, la Perestroika et la chute du mur de Berlin sont intimement liés avec le graphic design dans ma vie.

cnn

Pourquoi « opera 78 » ?
Opera est un mot italien pour « travail » qui signifie “œuvre” – un’opera d’arte par exemple – alors que « 78 » c’est simplement parce que je suis né en 1978.

Ton travail est puissant et très personnel mais aussi universel, as-tu le sentiment de mixer les cultures dans ton art ?
Oui, mais…  en fait, je n’ai pas encore vraiment créé quelque chose de valable… Quand je travaillais à Moscou j’étais très inspiré par le design hollandais et américain. J’ai eu plus d’intérêt a adopter des cultures étrangères plutôt que la mienne (on veut toujours ce que l’on n’a pas). 
Maintenant, après avoir vécu plusieurs années en Europe j’aimerais mieux étudier l’histoire et la culture de mon pays. C’est seulement après cela qu’il sera possible de combiner différents styles, adapter des choses oubliées et leur donner une nouvelle forme… Je veux dire que pour créer quelque chose de vraiment bien tu dois connaître ton sujet.

esq_us3

Qu’est-ce qui t’inspire ? Quelles sont tes influences ?
Mes influences… c’est absolument tout depuis la fin des années 60 / début 70 : art, musique, film… Quand je regarde de vieux films, avant tout j’aime les acteurs… ils ont des visages plus humains, un peu naïfs. Je ne vois plus cela aujourd’hui. Pareil pour la musique ou les magazines, et partout. Maintenant tout le monde utilise des ordinateurs parce que c’est plus rapide et plus facile … mais tout devient plat, faux, pas sincère. 
Par exemple, je ne suis pas sûr que les derniers magazines de mode soient aussi révolutionnaires que l’étaient Avant-Garde magazine ou Playboy à la fin des sixties.
Et même en considérant tous les avantages de la photo numérique, cela n’a pas autant de vie que les photos noir et blanc argentiques. 
Donc, tout ce qui est réel et naturel m’inspire… Nous avons peu de choses avec une âme qui restent au long de notre vie.

Ton art est-il un reflet de ton style de vie ? Comment le définirais-tu ?
Bien sûr. L’Art donne un sens à ma vie quelque soit mon activité – graphic design, peinture ou illustrations de commande. Avoir du cœur est la chose principale pour un artiste de mon point de vue. C’est probablement la raison pour laquelle autant de gens sont pauvres et ont des difficultés à vivre. Je crois personnellement que tout le monde ne naît pas pour travailler dans un bureau ou même pour vendre ses posters et T-shirts afin de survivre. Dans cette profession, la chance joue un rôle important. Personne ne peut garantir que ton talent sera apprécié et récompensé.

apple_to_hell

Tes peintures sont appréciées par des collectionneurs à travers le monde, fais-tu aussi des expositions ?
Lorsque je vivais en Italie, j’ai souvent fait des expos… Maintenant je fais plus d’illustrations que de peintures… donc les expos sont différentes. Ce sont principalement des expos collectives dans différentes galleries d’art où sont vendus des posters et des T-shirts. Ce serait très intéressant de voir ces peintures que j’ai fait il y a 3 ou 4 ans. C’était des choses originales… une sorte de web-design sur toile. Je reprendrai probablement la peinture à nouveau. J’ai encore deux boites d’huile et de l’acrylique… 

Sur quel projet travaille-tu actuellement ?
Je travaille actuellement sur un projet qui s’appelle EcoPera. Après ma dernière visite à Paris, en Juin, j’ai décidé d’arrêter de passer tout mon temps libre seulement sur des créations d’illustrations de self-promotion. Désormais je veux trouver une façon sympa d’être plus utile pour la société. Puisque je connais pas mal de gens qui travaillent pour des organisations à but non lucratif dont le but est de résoudre des problèmes écologiques ou protéger la vie sauvage, pourquoi ne pas essayer de combiner art et écologie? 
EcoPera est consacré à la crise mondiale de l’eau et à l’écologie en général… Je prévois de préparer une série de 30 illustrations et j’espère que ce sera quelque chose de particulier, c’est à dire pas comme les publicités sociales ou environnementales payées par le gouvernement. D’ailleurs c’est un projet permanent – je travaille dessus dès que j’ai du temps libre… Il est possible que je fasse une exposition dans un futur proche, qui sait…

Qu’y a t’il de nouveau dans les demandes de tes clients, et quelles tendances vois-tu émerger  ?
J’ai plus de commande en calligraphie, en composition typo et typographie en général. Finalement j’étudie Font Lab pour pouvoir créer mes propres fontes. Si l’année dernière j’avais une fonte en développement, cette année j’en ai quinze. Malheureusement je ne trouve pas le temps pour digitaliser tous les caractères, cela sera fait probablement cet automne….  
Actuellement, j’aime dessiner les fontes à la main… En général, j’ai un style « old school » partout où c’est possible. Picasso a dit un jour : “Les ordinateurs sont inutiles. Ils ne peuvent donner que des réponses.”  Beaucoup de mes clients semblentt d’accord avec cela. Par exemple, je travaille fréquemment pour Mr. Hyde, Paris (réalisation de courts-métrages), l’agence d’illustrateurs hollandaise « Unit », la compagnie Aeroflot, les magazines Esquire, Rolling Stone… et ils me commandent principalement de la calligraphie.

Fiodor est représenté par Unit-CMA

Films favoris :
il Portiere di notte (1974, Liliana Cavani)
Turks fruit (1973, Paul Verhoeven)
il Conformista (1970, Bernardo Bertolucci),
Quiet Days in Clichy, (1970, Jens Jørgen Thorsen)

musique :
Bob Dylan, The Doors, Deep Purple, Smokie, Bee Gees.

design :
Beatles’ movie Yellow Submarine (1968, George Dunning),
Citroën DS, 1960’s telephone Ericofon (Cobra), JVC videosphere television.

lieux :
Paris: Colette, Palais de Tokyo, Pompidou Centre
Amsterdam: Stedelijk Museum, New Zeeburg area…
Milan: Navigli and Brera Area
Rome: Porte Portese, Lungotevere, cafe Doppio Zeroo

livres de design :
« Summer of Love: Arto of the Psychedelic Era », Tate Publishing, 2005.
House Industries, Die Gestalten Verlag, 2004,
Type One, Die Gestalten Verlag, 2004,
Büro Destruct II, Die Gestalten Verlag, 2003,
Los Logos, Die Gestalten Verlag, 2002,
« Signwork: a craftsman’s manual », Bill Steward, 1984.

et aussi…
« The Elements of Typographic Style », Robert Bringhurst, (Russian edition with endnotes by Vladimir Efimov) 2006,
« Book of Letters From ?? to ??. » Yuri Gordon, 2006.

© All images by courtesy of Fiodor Sumkin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *