— Partfaliaz

Jaimie Warren est une artiste et photographe de Kansas City, Missouri. Elle crée d’étonnantes séries, mélange d’humour, d’auto-portraits et de choses très variées avec un style trash, réaliste et très libre. Les compositions sont plus ou moins subtiles et théatrales, on y voit de la nourriture, des portraits ou des soirées, dans une relative intimité et un sens assez particulier de la mise en scène (les photos les plus travaillées me semblent un peu dissimulées au milieu d’une production hyper-spontané dont l’ensemble est très intéressant). Jaimie Warren est représentée par Higher Pictures à New York. Elle a eu des expos ainsi que des publications un peu partout à travers le monde.

frAbonnez-vous au flux RSS

En savoir plus

Telmolindo est Matthieu Appriou, illustrateur et graphiste français. Il a eu de nombreuses publications sur différents blogs ces 5 ou 6 dernières années et son site est régulièrement mis à jour. Un style graphique puissant, avec un joli trait et fort en couleur…

frAbonnez-vous au flux RSS

En savoir plus

Alvaro Villarrubia est un photographe espagnol qui a commencé dans les années 80 avec des portraits de pop stars, depuis il ne cesse d’avoir des parutions comme dans Art in America, Paris match, French Vogue, Marie-Claire and Elle Italy, Vision China, Neo2 Spain et il travaille pour des clients comme A-style, Levi’s, SwatchAthos Lombardini…

frAbonnez-vous au flux RSS

En savoir plus

Alexis Facca a créé le collectif Paper Donut à Toulouse, entouré de quelques artistes polyvalents : Justine Ricaud, Fanette Guilloud, Benoît Brulbault, il crée de superbes compositions colorées et géométriques… Alexis Facca vient de rejoindre notre projet « Paper Art trends » et figure désormais dans notre appli gratuite pour iPhone et iPad. A cette occasion, il nous a donné une petite interview…

Qui êtes-vous ?

Alexis Facca, directeur artistique et web/dev a mes heures perdues. J’ai créé Paper Donut en septembre 2009, qui s’est vite transformé en collectif suite à l’aide répétée de Fanette Guilloud (notamment pour les photos), ou encore Justine Ricaud.

Comment en êtes-vous arrivé à travailler le papier ?

Lors de mes études j’ai eu pour sujet en art plastique: le papier. C’est là que j’ai commencé à explorer les possibilités qu’offrait ce matériau. Séduit, j’ai très vite commencé à créer mes petits volumes et essayer de les proposer lors de commandes d’affiches/flyers que j’avais en parallèle de mes études.

Pouvez-vous décrire votre travail, votre style personnel ?

Des couleurs vives appliquées à des formes très géométriques. Très peu de courbes (mis a part la lampe Nébula). Contrairement à ce que certains peuvent penser: « Non ! Nous ne sommes pas obnubilés par la nourriture ! »

Quels qualificatifs utilisez-vous en parlant de papier ?

Éphémère, infiniment coloré, fragile, modulable a volonté.

Qu’est-ce que vous préférez dans ce que vous faites?

Je n’ai pas vraiment de préférence. Ce que j’aime c’est justement la diversité que propose le papier. Il nous amène à travailler à différente échelle dans différents secteurs; de gros volumes pour de la scénographie, comme des petits volumes transmettant un message fort pour une campagne publicitaire ou encore des volumes ingénieux pour un packaging.

Dans votre imaginaire, le papier c’est chaud ou froid ?

Chaud et froid, c’est vrai que pour beaucoup le papier est blanc donc froid. Mais comme je le disais il peut être infiniment coloré, il offre ainsi de dizaines de combinaisons de
couleurs chaudes.

frAbonnez-vous au flux RSS

En savoir plus

Asger Carlsen est un artiste danois basé à New-York. Dans ses photo-montages, les animaux deviennent à moitié humains, certaines personnes ont deux têtes et vous vous retrouvez ainsi naturellement dans une sorte de dimension hallucinatoire.
En utilisant une palette de noir et blanc plutôt vintages, Asger Carlsen nous transporte dans une réalité parallèle. Cette perspective perturbante du quotidien donne aux séries une dimension visionnaire et originale. “Il n’y a rien d’ordinaire dans ces photos mis à part la composition entière.”

frAbonnez-vous au flux RSS

En savoir plus

Stéphane Manel est connu pour ses illustrations mode et musique. Il a réalisé il y a quelques années de fameuses pochettes de disque pour de nombreux labels dont une collaboration fructueuse avec Tricatel. Sa ligne simple à l’esthétisme soigné a évolué pour devenir parfois minimaliste : juste quelques traits noirs pour de magnifiques portraits inspirés par Gruau… A redécouvrir.

Chromeo – Momma’s Boy, created and directed by Stéphane Manel for Vice Records .

frhttp://www.wikio.fr

En savoir plus

Samuel Cockedey est un photographe Français et artiste vidéo installé à Tokyo. Il a réalisé de superbes séries comme « bones » au sujet des épaves de voiture dans les campagnes en Amérique, Australie et en Inde. Samuel Cockedey utilise de subtils tilt-shift. La série « Japan » est aussi un portfolio de voyage intéressant. Samuel vient de mettre à jour son site avec de nouvelles photos.

inter // states par Samuel Cockedey. Musique : « Paradigm Flux » par Paul Frankland.

frAbonnez-vous au flux RSS

En savoir plus

Olimpia Zagnoli est une jeune illustratrice milanaise. Belle ligne graphique et colorée. Elle s’est vu rapidement proposer une commande pour le New-Yorker. Parmi ses clients : Max Mara, Adidas Originals, The New York Times, The New Yorker, Corriere della Sera, Glamour, Feltrinelli, il Sole 24 Ore, Good Magazine, Molteni, Vice Magazine et bien d’autres. Représentée par illustrissimo.fr

frAbonnez-vous au flux RSS

En savoir plus

Pierre Beteille a été directeur artistique et web designer pendant 10 avant de se consacrer à sa passion et devenir photographe spécialisé dans la retouche et la manipulation d’images. Il a travaillé durant 3 années pour le prestigieux Studio Harcourt et a réalisé de nombreuses retouches pour le photographe Eric Lafforgue. Dans sa série « livres » Pierre Beteille effectue un travail spectaculaire sur la notion d’auto-portraits avec beaucoup d’interventions sur l’image. Une partie de son savoir-faire est visible dans la section « making of ». Pierre Beteille a été publié dans le Times, Geo Saison, National Geographic Traveler, La Stampa, Get Lost et différentes publications de Lonely Planet. Pierre Beteille est également présent sur iFolio, une appli iPad et iPhone gratuite qui rassemble plusieurs portfolios de photographes, développée par Hervé Péroteau.

frAbonnez-vous au flux RSS

En savoir plus